MAI 2018

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

Historique

AddToAny
Share

Conseil régional de Champagne

Entretien avec Virginie Vellut, présidente du Conseil régional de l'ordre de Champagne

« Devenir présidente en 2016 a été une façon de rendre  ce qu’on m’a donné, notamment en suscitant, à mon tour,  des vocations et en travaillant pour faire évoluer la profession. »

Comment êtes-vous devenue expert-comptable ? Quel a été votre parcours ?

Après un Bac et une licence en économie, je me suis lancée dans une maîtrise des sciences et techniques comptables et financières (MSTCF), sans vraiment trop savoir de quoi il s’agissait ! C’est dans ce cursus, très en lien avec la profession, que j’ai rencontré des professionnels de l’expertise comptable qui m’ont donné envie de me diriger vers le métier d’expert-comptable. J’ai alors passé mon DSCG.


Concours de circonstances, le président de l’Ordre de la région Champagne résidait dans la même ville que moi. Je me suis tournée vers lui pour qu’il m’indique des noms de cabinets où je pouvais effectuer mon stage dans le cadre de la MSTCF, et il m’a proposé de venir dans son cabinet. Aujourd’hui, je suis associée dans ce même cabinet.  


Et quel a été votre parcours au sein  des institutions ?

Lorsque j’ai démarré, l’un des dirigeants du cabinet était donc le président de l’Ordre régional des experts-comptables de Champagne et la plupart des associés ont toujours eu un rôle dans les institutions. C’est une véritable culture d’entreprise !


Déjà stagiaire, j’étais membre de l’Anecs, ce qui m’a permis de comprendre le fonctionnement des instances. Une fois diplômée, on m’a proposé de m’investir dans l’Association départementale des experts-comptables de l’Aube, association en lien avec le monde économique, les chambres consulaires et les banques de la région. C’est là que j’ai commencé à travailler sur l’attractivité de la profession, auprès de ces acteurs économiques et des autres professions libérales par exemple. J’ai pris la présidence de cette association pendant plusieurs années avant d’être élue en 2012 au Conseil régional de l'ordre de Champagne, j'y ai occupé les fonctions de trésorière pendant 4 ans. J’étais en charge, durant cette mandature, de la commission PME tout en étant par ailleurs responsable de l’association départementale ce qui permettait de maintenir un lien entre le Conseil régional et l’association départementale.


Devenir présidente de l’Ordre régional en 2016 a été une façon de rendre ce qu’on m’a donné, notamment en suscitant, à mon tour, des vocations et en travaillant pour faire évoluer la profession.

 

OEC champagne chiffres mai 2018

 

Quels sont vos objectifs de mandature ?

L’attractivité de la profession est vraiment un axe fort de ma mandature, une des priorités de notre Conseil régional. Dans notre région, et comme partout sur le territoire français et ultra-marin, nous rencontrons des difficultés à recruter des collaborateurs et même des experts-comptables. Notre volonté est de recréer du lien entre les jeunes et la profession, en les impliquant le plus possible dans la vie de l’Ordre, dans nos actions et nos travaux.


Ainsi, le CJEC est co-organisateur de notre cérémonie de prestations de serments. Et c’est avec le CJEC et l’Anecs que nous organisons la prochaine « Nuit Qui Compte » qui aura lieu à la fin de l’année à Chalons en Champagne. Je leur demande de s’impliquer énormément auprès des jeunes car, à mon avis, c’est plus pertinent quand des jeunes parlent à des jeunes. On leur demande d’être force de proposition dans l’organisation de manifestations, d’être nos relais quand nous intervenons dans des écoles par exemple.


Finalement, ce lien nous permet aussi de préparer la relève à tous les niveaux : dans les cabinets quand on parle de recrutement mais aussi dans les institutions en donnant aux jeunes experts-comptables l’envie de s’investir pour l’avenir de leur profession.


Notre deuxième chantier est la lutte contre les illégaux. Nous nous devons de rester toujours en veille, toujours vigilants et en alerte face à cette pratique. Les confrères ont une véritable attente vis-à-vis de l’Ordre régional sur ce sujet.


Enfin, nous travaillons beaucoup sur la proximité entre les confrères. Aujourd’hui, nous sommes au cœur d’une transition métier importante, notamment par rapport au numérique et aux évolutions outils. Nous faisons très attention à ce que des confrères ne restent pas isolés. Parfois la structure de leur cabinet ne leur laisse pas le temps de se tenir informé, c’est pourquoi nous nous déplaçons partout en région dans le but de leur apporter les informations qu’ils n’auront pas pu aller chercher mais également pour avoir des remontées terrain.

 

Concrètement, quelles sont les actions  que vous avez menées  pour atteindre vos objectifs ?

Dans le cadre de nos actions attractivité, nous avons réuni toutes les personnes qui interviennent dans les salons et les écoles pour leur donner des outils de communication et des éléments de langage communs. Trop souvent l’image qu’ont les étudiants de notre profession n’est pas actualisée. Ils ne sont pas conscients des évolutions, des changements qui sont en train de se produire dans les cabinets.


Nous sommes très présents dans les filières d’enseignement supérieur, pas seulement les filières du chiffre d’ailleurs, pour détecter des talents qui auront toute leur place dans les cabinets au sortir de leurs études. Les cabinets ont besoin de ces personnes qui ont une culture un peu différente de la culture purement fiscalo-comptable. Nous rencontrons aussi directement les enseignants car ils sont un vecteur important de nos messages. Ces interventions sont coanimées par un jeune expert-comptable et un expert-comptable plus expérimenté, pour illustrer la complémentarité des générations.


Sous l’impulsion des nouvelles commissions du Conseil supérieur, j’ai rencontré la quasi-totalité des sénateurs, députés et préfets de ma région pour les sensibiliser sur la profession : ce qu’on est, ce qu’on représente, ce qu’on peut apporter à notre territoire. On maintient les liens déjà très forts avec les chambres consulaires, le monde économique, les politiques et on le crée là où il y avait un peu plus de distance.

 

Sur la réforme territoriale,  où en êtes-vous ?

Cette mandature initialement réduite à deux ans avait pour objetif de mener à bien la réforme territoriale. Les confrères s’interrogent énormément car la région Grand Est sera une très grande région, déséquilibrée en termes de population et de distances géographiques. L’Alsace est très dense et notre région l’est beaucoup moins, de ce fait, nous ne rencontrons pas forcément les mêmes problématiques. Ils se posent aussi la question des distances à parcourir pour aller se former. Nous nous battons pour maintenir une présence de l’institution sur le territoire.

 

Avez-vous été surprise  par certains aspects de la fonction de président  de l’Ordre régional ?

Oui parfois ! Je n’imaginais pas qu’il y ait autant de problématiques au sujet des illégaux, ou autant de litiges à gérer.


Mais cette fonction génère aussi de belles rencontres, qui n’auraient sans doute jamais eues lieu. C’est une fonction très intéressante qui demande beaucoup de travail et d’organisation, largement facilité par l’équipe de permanents. Les quatre permanents sont partagés entre l’Ordre, la Compagnie et l’organisme de formation. Je m’appuie beaucoup sur eux, ils sont l’histoire de la maison, ils sont indispensables et vraiment investis dans leur travail.


Eux aussi sont inquiets par rapport à la réforme territoriale, ils sont naturellement directement concernés. Nous travaillons en lien avec l’Alsace et la Lorraine depuis le début de la mandature, ils sont tous impliqués, des rencontres ont eu lieu dans chacun des Conseils régionaux. Nous avons dès le début de la mandature échangé sur nos pratiques respectives.


La fonction de président ne peut pas s’exercer seul. Les élus aussi sont importants, ils donnent de leur temps, je m’appuie aussi beaucoup sur eux. Permanents, élus et président, nous formons une véritable équipe.

 

BUREAU DU CONSEIL RÉGIONAL DE CHAMPAGNE

  • Présidente : Virginie Vellut 
  • Vice-présidents : Alain Fontanesi et Daniel Mussy 
  • Trésorier : Laurence Mias

L’équipe des permanents est composée de quatre personnes :

  • Marie-France Fournier, secrétaire générale  
  • Catherine Lundy, secrétaire en charge du tableau, du suivi et formations des stagiaires 
  • Marjorie Haulin, secrétaire en charge de la comptabilité, de la gestion des cotisations et de la formation des experts-comptables 
  • Mélanie Portevin, secrétaire en charge de la communication

 

 

Parcourir l'historique du SIC :

ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE

Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !
ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE
Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !

Toutes les parutions

JUILLET-AOUT 2018

SIC N° 375

  • Les outils du 73e Congrès
  • Le quiz du 73e Congrès
  • Comptexpert : comment déléguer vos droits ?

Consulter

JUIN 2018

SIC N° 374

  • 73e Congrès : Stratégie et compétences pour la croissance
  • Règlement général sur la protection des données : tenez-vous prêts !
  • Le site internet de l'Ordre fait peau neuve !

Consulter

MAI 2018

SIC N°373

  • Gestion des données personnelles et RGPD
  • 73e Congrès : cabinet, missions et marchés !
  • Déclaration annuelle des papiers : êtes-vous prêts ?

Consulter

AVRIL 2018

SIC N°372

  • Bilan 2017 des TPE-PME françaises
  • Les fidélité des clients envers leur expert-comptable
  • Le triple A du Leader : ambitieux, anthentique, attachant !

Consulter