FÉVRIER 2018

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

Historique

AddToAny
Share

Gilbert Le Pironnec

Pourquoi créer un nouveau secteur et associer dans son nom « Prospective »  et « Spécialités » ? En présentant ses ambitions, ses enjeux et ses chantiers phare, Gilbert Le Pironnec, vice-président en charge du secteur Prospective et Spécialités  du Conseil supérieur, répond et dévoile l’impact majeur de ces deux mots clés  sur l’avenir de la profession.

 

Avec quelles ambitions vous êtesvous présenté en tant qu’élu  au Conseil supérieur ?


Actif au niveau régional puis national depuis des années, j’ai souhaité prendre à nouveau des fonctions électives car je m’inquiétais de voir notre profession trop souvent réagir. Jusqu’à présent, nous avons su intégrer les évolutions technologiques et améliorer nos modalités d’exercice. Mais désormais, c’est une profonde transformation qu’il nous faut mener sans prendre de retard.


L’environnement numérique est en effet en train de modifier profondément nos pratiques et nous voyons apparaître de nouveaux concurrents. Si nous voulons rester l’interlocuteur privilégié des chefs d’entreprise, nous devons repenser la stratégie de nos cabinets, nous adapter plus rapidement en faisant des nouvelles technologies, des alliées.


Je me suis engagé pour développer notre vision prospective et mettre en place les évolutions qui permettront aux cabinets de répondre avec efficacité, dans les meilleures conditions, aux attentes des clients et du marché. La valorisation et la reconnaissance des spécialités sont un levier essentiel pour réussir cette transformation. Les experts-comptables, qui sont des professionnels de grande qualité, aux connaissances techniques et sectorielles étendues, doivent pouvoir communiquer et voir leurs compétences reconnues.

 

Anticiper les évènements pour ne pas subir les évolutions, donner à nos confrères les capacités dont ils ont besoin pour prendre leur destin en main et définir un véritable projet pour l’avenir de la profession, telles sont les missions que nous nous sommes fixées.

 

Comment présenter le secteur ?


L’évolution des textes a permis au Conseil supérieur de définir avec une plus grande liberté son organisation. Opportunité qu'il a immédiatement saisi en créant, en mars 2017, le secteur Prospective et Spécialités qui réunit la nouvelle commission Missions de spécialisation et sept comités déjà existants. Ces derniers reposent systématiquement sur une compétence, soit technique, soit sectorielle.


Ce secteur a pour objectifs d’imaginer et de déterminer ce que seront demain les modalités d’exercice de la profession et d’aider les experts-comptables à proposer de nouvelles missions afin de contribuer à la croissance économique en général et à celle de leur cabinet. Ce qui conduit à envisager et à proposer la reconnaissance des spécialités, véritable tremplin pour que nos confrères formalisent leurs conseils et déploient des services dans des domaines de compétences où ils excellent, en direct ou au sein de réseaux réunissant des structures diversifiées.


Ce secteur a à la fois un rôle « transversal » - de veille stratégique et de réflexion sur les missions à développer au-delà du métier traditionnel – et un rôle « opérationnel ». Une fois ces nouvelles missions définies, il met au point - notamment via ses comités – tout ce qui est nécessaire pour que les experts-comptables puissent les réaliser.

 

Quels ont été les temps forts  en 2017 des comités existants  et les premiers dossiers  de la commission ?


Les comités ont poursuivi leurs travaux afin de créer, produire et actualiser des outils pratiques d’aide à la prospection et à la mise en œuvre de ces missions de spécialisation.


Ils ont également communiqué pour attirer l’attention. L’article paru sur le Crowdfunding, par exemple, présentant un panorama complet des possibilités de financement à proposer aux entreprises clientes, a rappelé que tous les secteurs et toutes les entreprises peuvent y recourir, bien au-delà de leur création.


Le partenariat avec la Banque de France a aussi été largement relayé. Etape clé dans la constitution de réseaux, il facilite la mise en relation d’experts-comptables avec des dirigeants d’entreprises.


Enfin, parce qu’il est essentiel d’échanger sur ses pratiques, de partager ses expériences et de réfléchir ensemble, la « Journée annuelle CIP » en juin, la « Journée de la Prévention » en octobre et bien sûr le 72e Congrès fin septembre ont rythmé le calendrier annuel.


Quant à la commission, ses premiers travaux ont débouché sur la mise en place de l’offre de « gestion déléguée ». Elle permet de proposer aux PME une externalisation du fonctionnement administratif, juridique et financier afin que leurs dirigeants se concentrent sur le cœur de leur métier.

 

Quelles sont vos priorités  pour 2018 ?


Nous avons déjà commencé en 2017 à travailler sur le contenu du prochain Congrès de l'Ordre qui se déroulera à Clermont-Ferrand et dont je suis co-rapporteur. Sous le titre « Stratégie & compétences pour la croissance », il sera en effet consacré à l’évolution de nos métiers pour accompagner la croissance de l’économie française et celle des cabinets.

Ce congrès est notre première priorité pour 2018. S’inscrivant dans la continuité de l’édition précédente, dédiée au conseil, il en détermine une seconde : mettre en place les spécialités afin de les présenter à tous les experts-comptables et d'expliquer comment y accéder concrètement.

 

Quelle est votre feuille  de route sur ce dossier  des spécialités ?


Ce dossier se décline en trois volets : trouver les spécialités qui pourraient être reconnues, déterminer le mode opératoire pour les acquérir et les faire reconnaître. Notre objectif est de finaliser ce mode opératoire et de le présenter au Conseil supérieur avant l’été. En avant-première, je peux vous révéler que nous prévoyons sept à huit spécialités techniques et trois à quatre sectorielles. Pour les professionnels qui exercent déjà dans ces domaines, nous cherchons à mettre en place un diplôme type « validation des acquis et des expériences ». Pour ceux qui souhaiteront acquérir les compétences nécessaires, nous imaginons un cursus de formation conclu par un diplôme ou une formation certifiante. Nous travaillons à définir les modalités de suivi de ces spécialités, via une formation obligatoire minimum annuelle.

 

Nous avançons sur tous ces sujets de manière transversale avec les élus et les permanents des autres secteurs, tous mobilisés sur ce chantier essentiel au service de l’avenir de la profession.

 

Début février 2018, nous avons été présents en tant qu’acteur privilégié et reconnu pour conseiller les nouveaux entrepreneurs au Salon des entrepreneurs de Paris.

 

Tous ces chantiers visent à inciter les experts-comptables à avoir le réflexe « développement de compétences » et à les mettre au contact direct de tous ceux qui ont besoin de leurs conseils d’experts. De quoi faire grandir les projets de clients plus diversifiés et assurer le développement des cabinets avec des missions à forte valeur ajoutée.

 

 

Bio express

 

Gilbert le pironnec

Gilbert Le Pironnec
Expert-comptable - commissaire  aux comptes - expert judiciaire.

 

Il a créé et dirigé un cabinet régional, puis dirigé pendant plus de 12 ans l’activité  « Expertise Conseil » du bureau parisien et sur le plan national au sein d’un grand cabinet international.

 

  • 1997-1999 : président du Conseil régional de l’ordre des expertscomptables d’Orléans 
  • 2001-2009 : vice-président du Conseil supérieur de l’ordre en charge du secteur Administratif et Financier
  • 2013-2017 : invité permanent puis membre du Bureau du Conseil supérieur
  • Depuis mars 2017 : vice-président du Conseil supérieur en charge du secteur Prospective et Spécialités.

écrit par

CSOEC

Voir la fiche de l'auteur

Parcourir l'historique du SIC :

ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE

Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !
ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE
Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !

Toutes les parutions

JUIN 2018

SIC N° 374

  • 73e Congrès : Stratégie et compétences pour la croissance
  • Règlement général sur la protection des données : tenez-vous prêts !
  • Le site internet de l'Ordre fait peau neuve !

Consulter

MAI 2018

SIC N°373

  • Gestion des données personnelles et RGPD
  • 73e Congrès : cabinet, missions et marchés !
  • Déclaration annuelle des papiers : êtes-vous prêts ?

Consulter

AVRIL 2018

SIC N°372

  • Bilan 2017 des TPE-PME françaises
  • Les fidélité des clients envers leur expert-comptable
  • Le triple A du Leader : ambitieux, anthentique, attachant !

Consulter

MARS 2018

SIC N°371

  • 10 commandements pour se prémunir de la cybercriminalité
  • 73e Congrès : stratégie et compétences pour la croissance
  • Le 73e Congrès ; un rendez-vous en terre d'exception à ne pas manquer

Consulter