FEVRIER 2020

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

AddToAny
Share

De retour du digital CPA

Le Digital CPA, le congrès numérique de la profession comptable américaine, s’est déroulé du 8 au 11 décembre 2019 à Seattle. Le thème était « Age of innovation ».

 

Une délégation de 15 experts-comptables français regroupant notamment des représentants du Conseil supérieur, du magazine « La profession comptable » et du Lab 50 du CRO de Paris Ile-de-France, participait à l’événement.

 

La plénière d’ouverture proposait d’  « innover par la simplification  » soulignant un paradoxe. Aujourd’hui, le professionnel dispose d’une abondance d’outils technologiques supposés lui faire gagner du temps mais ceux-ci peuvent aussi le submerger par trop d’informations. Si les plus gros succès sont généralement dus à la simplification des process, il convient de mener un audit de l’existant pour le faire évoluer et traquer le gaspillage de temps. En analysant une journée de travail, il ressort qu’une heure seulement de cette journée est réellement consacrée au travail productif. En effet, on passe en moyenne 45 % de son temps en réunion et 23 % à répondre à des emails.

 

Comment optimiser son temps ? Ne convoquer une réunion que s’il y a une prise de décision en présence du décideur habilité. Donner plus d’efficience aux emails, avec la méthode « bottom left up », c’est-à-dire en intégrant au message des conclusions et des recommandations. Cette première étape de l’évolution de nos métiers permettra de dégager du temps au bénéfice du développement de la relation client.

 

Un autre point fondamental, exposé lors du Digital CPA, est le changement de posture que les experts-comptables et leurs collaborateurs doivent provoquer pour endosser davantage une position de consultant et valoriser les nouvelles missions et profils : missions cyber, consulting, DAF externalisé, innovation, data analysts, etc.

 

Repenser sa stratégie grâce à ces réflexions oblige à s’interroger sur l’utilité de garder tous ses clients ou au contraire de procéder à une sélection.

Par ailleurs, l’AICPA travaille avec des -startups  dans  les  activités  proches  du  métier  pour  aider  et  assister  les entrepreneurs dans le développement d’outils pour la profession. Ce mode de fonctionnement peut être comparé à celui du Conseil supérieur avec la structure ECMA qui développe des outils pour les confrères tels que jedeclare.com, jesignexpert.com, jefacture.com...

 

La participation de notre délégation au Digital CPA 2019 nous conforte dans l’idée que la vision de la profession des experts-comptables français et américains  sont  relativement  proches.  En revanche, les CPA semblent avoir un peu d’avance dans leur changement de posture et de métiers.

 

Retours des participants français

Bastien P. : « Nous avons voulu vivre cette expérience par nous-mêmes et n’avons pas été déçus du déplacement. L’expert-comptable doit rester agile. Nous devons mener nos réflexions avec simplicité et prendre garde aux pièges de la complexité.»

 

Cyril  D. : « Vous souhaitez imaginer votre cabinet à horizon cinq ans ? Tout d’abord, listez les activités que vous menez aujourd’hui dans votre cabinet. Puis imaginez que toutes ces activités ont été totalement automatisés en 2025, au point de devenir... totalement gratuites. Vous avez donc cinq ans pour imaginer des activités utiles, stratégiques et humaines à destination de vos clients ! »

 

François J. : « Notre politique de digitalisation semble se faire en trois étapes : la finalisation de la digitalisation des processus au sein de nos cabinets; le développement de missions d’accompagnement à la digitalisation des processus chez nos clients et ; la naissance de nouveaux métiers liés à l’ingénierie des données et à leur bonne utilisation stratégique pour nos clients. »

 

Romain D. : « En trois ans, les discours sur la blockchain et l’IA sont devenus une réalité avec des partenariats stratégiques avec les éditeurs. Simplifier pour innover et arrêtons de perdre du temps... »

 

Elisa T. : « Il est pour moi fondamental de se “benchmarker” pour savoir nous situer et nous améliorer. L’avance qu’ont les Américains par rapport à nous est leur réactivité. Nous ne devons pas avoir peur du changement, il se produira, que nous le voulions ou non. Un autre point important évoqué est le RONI(Risk of Not Investing). Nous sommes trop focalisés sur le ROI mais pas assez sur le RONI. »

 

Sanaa Moussaïd
Vice-présidente en charge du Secteur stratégie numérique

Dominique Périer

Président du Comité technologique du Conseil supérieur

Parcourir l'historique du SIC :

Toutes les parutions

FEVRIER 2020

SIC N° 392

  • Loi de finances 2020 : les principales mesures fiscales
  • DGFip : des chantiers structurants à venir
  • L'Arpec, un nouvel outil LAB au service des experts-comptables

Consulter

JANVIER 2020

SIC N° 391

  • Ordre et Compagnie sous un même toit : un projet qui voit “Le Jour ”
  • Congrès365: troisième temps
  • La synergie s'organise

Consulter

Décembre 2019

SIC N° 390

  • Infodoc-experts au service de la profession
  • Un conseil qui compte : épisode 3
  • La facture électronique où en sommes-nous ?

Consulter

NOVEMBRE 2019

SIC N° 389

  • 74e Congrès « L'expert-comptable au cœur des flux »

Consulter