Juillet-Août 2019

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

AddToAny
Share

Performance globale : nouveaux modèles économiques et critères d’investissements

Dans le cadre de son programme Business RSE dédié à l’accompagnement de la performance globale des entreprises et des cabinets, le Comité RSE a organisé sa 2e Journée Business RSE le 4 juin dernier sur les nouveaux modèles économiques, la transition bas carbone, la performance RSE et sa prise en compte par les investisseurs. Place à la parole d’experts.

Parmi les outils visant à accompagner les entités dans leur performance globale, le Bilan Carbone® qui permet de calculer les Gaz à Effet de Serre (GES) et vise ainsi à appréhender la dépendance des entreprises aux énergies fossiles et donc les impacts économiques et sociaux de la raréfaction de ces énergies. L’identification de tous les GES (émissions directes, indirectes liées à l’énergie, à l’utilisation des produits, au transport et à la gestion des déchets) s’applique à toutes les entités a souligné Quentin Guichard, chargé de méthodologie à l’Association Bilan Carbone. En effet, elles font toutes partie d’une chaîne de valeurs dans laquelle chaque maillon doit mettre en place des actions concrètes de réduction de ces GES. Un impact environnemental certes, économique sans nul doute, mais qui doit être communiqué, partagé, évalué, et qui sera pris en compte par les investisseurs.

 

Des investisseurs qui s’appuient notamment sur des scoring basés sur des référentiels tels que l’IMP (Impact Project Management). Comme l’a expliqué Axel Bonaldo, responsable des partenariats d’Impak finance, ce référentiel, base du scoring développé par cette fintech franco-canadienne, permet de qualifier l’impact, de le mesurer et de le gérer. Ainsi, une première étape permet d’identifier les 7 ODD1 principaux sur lesquels doit se concentrer l’organisation, via 20 questions. Une seconde étape, plus complète, analyse les réponses au questionnaire et une matrice d’impacts (positifs et négatifs) est mise en place. Ainsi né le scoring tant attendu par les investisseurs.

 

Mais les investisseurs ne sont pas les seuls à intégrer la RSE dans leurs critères de sélection, citons également le chef d’entreprise lui-même, les donneurs d’ordre via leurs politiques achats ou encore les salariés. La RSE est donc facteur d’attractivité, de marchés et d’offres nouvelles et compétitives. Pour les mettre en œuvre, la mise en place de tableaux de bord et d’indicateurs s’avère nécessaire a expliqué Olivier Brongniart, président d’ABCSR qui propose via un scoring, basé uniquement sur des éléments financiers, d’évaluer la performance RSE des entités.

 

Des impacts négatifs qui peuvent être réduits et un scoring qui peut être amélioré par la mise en place de nouveaux modèles économiques au sein de l’entité. Le numérique, par exemple, est un axe sur lequel on peut agir en prenant en compte les externalités négatives : en réfléchissant aux process de fabrication et matériaux utilisés de la conception du produit à la fin de son usage. Fort de cette idée, Adrien Montagut a co-fondé Commown, coopérative d’électronique responsable, qui propose la location sans option d’achat, de produits éco-conçus (ordinateurs, fairphones, etc.) dont la durée de vie est plus importante. Outre l’économie de fonctionnalité, l’écologie industrielle territoriale, un des sept piliers de l’économie circulaire, est également un exemple de nouveau modèle économique prisé par les entités, puisque se situant au sein d’un territoire. C’est ce qu’offre Entrepairs, présidée par Alexia Bouvarel. Cette plateforme web aide à la mise en relations d’entreprises offreuses et demandeuses de production industrielle. Elle met ainsi en exergue les savoir-faire et compétences d’une entreprise et promeut leur partage.

 

Que ce soit la réalisation d’un Bilan Carbone®, la mise en place d’une comptabilité carbone, l’évaluation des avancées RSE de son client, l’utilisation pour son compte d’équipements électroniques responsables, la recherche de solutions de partage d’outils de production, l’identification d’indicateurs de performance d’impact ou encore l’accompagnement à la mise en place de critères permettant d’accéder à des financements et/ou d’améliorer le scoring, l’expert-comptable a toute sa place et les moyens pour le faire.

 

 
1. Objectifs de développement durable.

Retrouvez les interventions des experts sur notre page dédiée : www.experts-comptables.fr/rse/médiathèque
Pour en savoir +
Le groupe « Jeunes talents » du Club développement durable est dédié aux jeunes experts-comptables, mémorialistes et stagiaires pour les accompagner vers un cabinet responsable et engagé. Rejoignez-nous ! contact@cdd.asso.fr
L’adhésion est offerte aux membres de l’Anecs et du CJEC.

 

 

Parcourir l'historique du SIC :

Toutes les parutions

NOVEMBRE 2019

SIC N° 389

OCTOBRE 2019

SIC N° 388

  • La SPE, une réunion de compétences
  • Prélèvement à la source : quelles évolutions ?
  • Evolutions de la réglementation de la profession : compétences spécialisées

Consulter

SEPTEMBRE 2019

SIC N° 387

Juillet-Août 2019

SIC N° 386

  • La palette de nos prestations s'élargit !
  • Mission d'audit contractuel d'états financiers en France
  • La seconde édition de la Conférence de Paris réussit son pari

Consulter