vide

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

AddToAny
Share

Le métier d’expert-comptable est celui que l’on veut en faire…

Nicole Calvinhac, vice-présidente du Conseil supérieur, présidente de la commission Formation.

« Le métier d’expert-comptable est celui que l’on veut en faire car le champ des possibles est très large, tant ses domaines d’intervention sont nombreux ! C’est d’ailleurs l’un des rares métiers que l’on peut orienter grâce à la formation tout au long de sa carrière. »

 

Quelles sont les attributions de la commission Formation du Conseil supérieur ?

J’ai l’immense plaisir de présider cette commission. D’une richesse panoramique incroyable, elle intervient dans les domaines de la formation initiale, du stage et de la formation continue et ce, à plusieurs niveaux. Sans chercher à les énumérer tous, voici quelques-uns de ses multiples domaines d’intervention.

En matière de formation initiale d’abord, la commission Formation se concentre sur la filière du chiffre en œuvrant, au sein de la commission consultative auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pour la rénovation des programmes et des voies d’accès au diplôme d’expertise comptable. Elle promeut également auprès des jeunes les études et le métier par des campagnes massives sur les sites étudiants, mais aussi par la présence du Conseil supérieur au salon de l’Etudiant et par la publication de plaquettes. En lien constant avec les associations de professeurs (APDCG, France Master CCA), elle mène les réflexions sur l’avenir de la filière. Par ailleurs, elle soutient la recherche comptable en subventionnant trois doctorants, sélectionnés avec l’Association francophone de comptabilité, tout au long de leur parcours de thèse.

S’agissant du stage, la commission Formation organise et supervise le stage d’expertise comptable en fixant le programme de formation obligatoire et en assurant la formation des contrôleurs de stage aux différents modules. En outre, elle est le référent des Conseils régionaux en matière de réglementation et répond à leurs questions relatives à l’application des dispositions réglementaires, afin d’assurer une harmonisation des pratiques dans les régions.

Enfin, pour ce qui est de la formation continue, la commission Formation travaille avec le CFPC au sein de son comité pédagogique, pour proposer et mettre en place les modules dans les instituts régionaux de formation, à destination des professionnels et de leurs collaborateurs, dans le cadre de leur obligation de formation continue.

 

Le métier d'expert-comptable souffre d'une image peu attrayante. Quels sont les messages que vous envoyez aux étudiants pour casser cette vision erronée du métier et le promouvoir ?

Effectivement, l’expert-comptable ne bénéficie pas d’une image toujours très favorable aux yeux du grand public en général et des étudiants en particulier, parce que notre véritable métier est finalement mal connu. Vu de l’extérieur, on pense que l’expert-comptable est un homme du chiffre plongé dans ses états financiers toute la journée et qui travaille seul devant ses tableaux. C’est cette représentation erronée qu’il convient de modifier car nous vivons exactement le contraire !

Ce qui m’impressionne toujours, et c’est ce que nous martelons dans nos communications à destination des étudiants, c’est que nous sommes 20 000 experts-comptables qui exerçons la même profession mais nous ne faisons pas nécessairement le même métier. Je dirais que le métier d’expert-comptable est celui que l’on veut en faire car le champ des possibles est très large, tant ses domaines d’intervention sont nombreux ! C’est d’ailleurs l’un des rares métiers que l’on peut orienter grâce à la formation tout au long de sa carrière. Nous sommes l’interlocuteur clé des entreprises. Notre rôle et notre influence sont forts auprès de nos clients entrepreneurs, à tous les stades de leur développement. Nos missions constituent des services à haute valeur ajoutée que nous prodiguons au sein de cabinets de plus en plus digitalisés. Nous ne vivons pas notre première révolution technologique. Pour autant, celle-ci est remarquable par sa fulgurance et par les nombreux bouleversements qu’elle engendre. À nous de les transformer en autant d’opportunités, créatrices d’emplois. Les cabinets ont besoin de jeunes talents et recrutent en nombre ! C’est le message fort que nous relayons.

 

Quel est le grand chantier sur lequel vous travaillez actuellement ?

La formation est la pierre angulaire de notre exercice professionnel et ce, dès la formation initiale. Le cursus doit pouvoir proposer les profils attendus dans les cabinets et les entreprises.

Le métier opère actuellement sa mutation et la profession est secouée jusque dans ses fondamentaux. La révolution numérique que nous vivons est rapide et massive. Elle entraîne de multiples et profondes conséquences sur le métier. Il se doit donc de réagir en termes de propositions de missions et de formation.

C’est pourquoi la commission Formation se mobilise notamment sur la filière de l’expertise comptable et réfléchit actuellement, en lien avec les professionnels, les recruteurs et les professeurs, aux évolutions qu’elle souhaite mettre en œuvre pour permettre de répondre parfaitement aux besoins des cabinets et des entreprises. Elle proposera pour cela une feuille de route au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, afin de lui présenter un ensemble de propositions concrètes d’évolution des diplômes du DSCG et du DEC. L’objectif est de créer et de mettre en place une grande filière du chiffre propre à attirer les profils dont les cabinets ont besoin, dans ce contexte riche en opportunités nouvelles.

 

Qu’entendez-vous par « grande filière du chiffre » ? Cela signifie-t-il que la filière classique DCG/DSCG ne serait plus la seule voie d’accès à l’expertise comptable ?

La filière traditionnelle de l’expertise comptable n’a jamais été la seule voie d’accès au métier. Il existe en effet d’autres filières très demandées par les cabinets et les entreprises. Ecoles de commerce, master CCA et bien d’autres masters constituent des viviers de compétences recherchées. C’est pourquoi le marché est totalement ouvert, non seulement pour les diplômés de la filière comptable (DCG/DSCG), mais aussi pour ceux issus de ces filières proches. Il est indispensable d’attirer une pluralité de profils dont les cabinets ont besoin pour faire face à leurs nouvelles missions.

 

S’agissant du stage justement, le programme obligatoire a connu plusieurs changements récemment. Pouvez-vous nous expliquer ce qui les a motivés ?

Le programme du stage a en effet bénéficié de plusieurs changements mis en place en 2018 et qui se poursuivent en 2019. Ces changements sont notamment motivés par un meilleur accompagnement des stagiaires sur les épreuves du DEC et singulièrement le mémoire qui constitue la pierre d’achoppement pour certains mémorialistes qui se découragent. Le diplôme d’expertise comptable est un diplôme exigeant et qui doit le rester. C’est l’accompagnement qui doit être enrichi. C’est l’objectif de l’instauration d’une journée consacrée au DEC sur chaque année de stage, permettant ainsi de sensibiliser les stagiaires à la préparation très en amont de leur mémoire. Par ailleurs, toutes les journées ont été rénovées sur leur contenu afin de mieux correspondre aux besoins des cabinets et une journée obligatoire portant sur le management doit impérativement être effectuée sur la durée du stage.

Ces changements ne sont que les prémices de plus grandes évolutions à venir pour notamment intégrer des formats qui utilisent des méthodes pédagogiques en phase avec les progrès de la neuroscience et des technologies.

 

Parcourir l'historique du SIC :

Toutes les parutions

MAI 2019

SIC N° 384

  • Les chiffres-clés de la filière comptable
  • Lutte contre le blanchiment : la France évaluée en 2020 par le Gafi
  • Administration provisoire de l'expert-comptable

Consulter

AVRIL 2019

SIC N° 383

  • S'engager dans l'action au service de l'économie
  • Un congrès pour plonger au cœur des flux
  • Site privé : mais où gérer les délégations de droits Comptexpert

Consulter

MARS 2019

SIC N° 382

  • Les principaux dispositifs de l'épargne salariale
  • 74e Congrès : l'expert-comptable au cœur des flux
  • L'expert-comptable, un conseil qui compte

Consulter

FEVRIER 2019

SIC N° 381

  • Le site privé de l'Ordre fait sa révolution
  • Tour d'horizon des principales mesures de la loi de finances
  • LFSS pour 2019 et loi portant mesures d'urgence économiques et sociales

Consulter