Décembre 2018

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

AddToAny
Share

Les partenaires aux côtés des experts-comptables dans la mutation digitale

La digitalisation croissante des cabinets a trouvé son écho direct dans l'espace partenaires du congrès. La question numérique y a été omniprésente, les exposants proposant de nombreuses solutions et services pour accompagner les experts-comptables dans cette mutation.

C’est une vision qui, chaque année, impressionne nombre de nouveaux congressistes. Au sein du vaste hall des expositions qui abrite l’espace partenaires, des stands à perte de vue, et une foule d’experts-comptables venus découvrir les multiples solutions proposées par les organisations participantes. Une ruche en plein effervescence, cœur battant de la 73e édition du congrès de l’Ordre, où les congressistes ont pu trouver tout ce qui se fait aujourd’hui en termes de solutions ou de services pour leurs cabinets.

 

Au total, ce sont cette année 181 partenaires (dont 37 nouvelles marques) qui ont fait le déplacement à -Clermont-Ferrand pour ces trois journées de congrès. Des poids lourds du secteur informatique, à stature internationale, comme de jeunes start-up désireuses de tester l’attractivité de leurs produits auprès des congressistes.

 

Parmi les entreprises présentes, la montée en puissance du secteur numérique, qui se dessine d’année en année, s’est confirmée pour cette édition 2018. Elle est le juste reflet des tendances qui parcourent la profession. Déjà, en 2015, l’Ordre avait placé l’« expert-comptable numérique » au centre de son congrès annuel. Il avait vu juste. Trois ans plus tard, le sujet est dans toutes les têtes et les produits digitaux étaient présents en Auvergne sur une grande majorité des stands.

 

C’était le cas, bien sûr, dans les espaces d’exposition des éditeurs de logiciels, présents en nombre cette année encore. Leurs stands ont, comme à l’habitude, attiré de nombreux congressistes en quête des dernières innovations du marché.

Mais le numérique ne s’arrête pas là. La thématique a, de fait, pénétré depuis plusieurs années déjà l’ensemble de l’écosystème des experts-comptables. Elle s’invitait ainsi à Clermont-Ferrand sur des stands des représentants du secteur de la banque-assurance par exemple, mais aussi sur ceux des éditeurs juridiques. Ces derniers mettent en effet de plus en plus en avant leurs solutions en ligne. « Nous proposons bien sûr toujours des offres papier, mais elles ne représentent désormais plus que 30 % des abonnements, contre 70 % pour les supports numériques », indiquait-on chez une entreprise du secteur.

 

Les flux dématérialisés gagnent du terrain

Parmi les solutions proposées, la question de la dématérialisation est apparue, cette année encore, comme une tendance forte sur les stands des éditeurs de logiciels. La mise en place de flux dématérialisés dans la tenue comptable gagne ainsi du terrain dans les cabinets, grâce aux nombreuses solutions présentées. Facturation dématérialisée, gestion des notes de frais sont des sujets qui ont été au cœur des discussions entre experts--comptables et partenaires. Autre centre d’intérêt : les outils collaboratifs qui permettent de faciliter la relation entre l’expert-comptable et ses clients en leur offrant un espace commun où données et documents sont consultables en temps réel. Des outils qui peuvent également permettre à ces mêmes clients d’importer eux-mêmes des factures par exemple. « Les solutions de travail collaboratif et de cloud vont prendre une importance croissante dans les années qui viennent, confirme la responsable du service profession comptable d’un éditeur. Cela correspond à une attente réelle de la profession qui souhaite coopérer et être plus proche de ses clients en multipliant les interactions directes. »

 

Autre tendance qui a alimenté bien des discussions dans les allées de l’exposition : l’automatisation des tâches et l’émergence de l’intelligence artificielle. Des solutions qui commencent à arriver dans les cabinets ont été présentées. Grâce au machine learning, ces logiciels sont capables d’apprendre à reconnaître des flux et, par là même, de progresser dans leur exécution de tâches répétitives jusqu’alors réalisées par des humains. Des solutions permettant par exemple que, lorsqu’une facture arrive, elle soit automatiquement classée au bon endroit et que l’écriture soit imputée au bon compte.

 

Des innovations face auxquelles les experts-comptables ont fait montre d’un réel intérêt. C’est du moins ce qu’ont constaté de nombreux partenaires. « On rencontre beaucoup de congressistes qui sont en mouvement, veulent se projeter dans le futur et envisagent le développement de nouvelles activités. En conséquence, ils souhaitent équiper leurs cabinets en solutions qui leur offriront des gains de productivité », explique le représentant d’un éditeur. « On constate qu’ils veulent se dégager de plus en plus des formalités », confirme pour sa part la responsable commerciale d’un cabinet de formalité juridique. Sur le stand d’un éditeur de logiciel, on résume : « Les congressistes viennent chercher de l’information, du concret, c’est très sensible cette année. Ils regardent plus précisément les solutions, demandent des démonstrations, on sent qu’ils veulent aujourd’hui acquérir de la maturité sur les outils numériques. »

 

Une présence stratégique pour les partenaires

Des experts-comptables impliqués et prêts à faire évoluer leurs cabinets : une bonne nouvelle pour les exposants, dont la présence au congrès est des plus stratégiques. En trois jours, ils ont en effet la possibilité de côtoyer plusieurs milliers de clients potentiels. Tout doit donc être fait pour favoriser les échanges avec les congressistes, à commencer par une grande attention accordée à l’attractivité de leur stand. Certains ont ainsi misé sur un esthétisme soigné, d’autres sur des animations originales (essais d’un casque de réalité virtuelle, réalisation de cocktails...). Le congrès représente, de fait, un réel enjeu sur le plan économique (nombre de partenaires viennent avec un objectif chiffré), les entreprises ayant face à elles des experts-comptables qui sont décideurs et peuvent acheter directement les outils présentés. C’est aussi l’occasion, pour les entreprises présentes, de consolider leur fichier de prospects.

 

Enfin, participer à l’événement permet aux partenaires de prendre le pouls de la profession, de sentir les tendances. « Outre les équipes commerciales, des salariés du développement ou des chefs de produit sont également présents, explique-t-on sur le stand d’un éditeur juridique. C’est important qu’ils puissent s’immerger et comprendre comment les experts-comptables travaillent et vont utiliser le produit que nous leur proposons. Nous sommes là pour vendre, évidemment, mais aussi pour connaître davantage nos clients ». Cela dans le but, au final, « de mieux les servir. »

 

Start zone : un concentré d’innovation au cœur de l’exposition

C’est un espace désormais bien identifié au sein de l’exposition. Pour la troisième année consécutive, la start zone a permis aux experts-comptables de retrouver en un même lieu un concentré d’innovation. Les stands de huit entreprises présentes pour la première fois au congrès y ont été regroupés pour mettre en lumière des nouvelles solutions et des services d’avenir dans divers domaines (service juridique en ligne, systèmes collaboratifs, gestion de factures...). De quoi permettre aux partenaires sélectionnés de bénéficier d’une mise en lumière bienvenue, dans un espace résolument convivial (baby-foot, tables et modules de discussion en “one to one” avaient été disposés au sein de la start zone).

 

« Nous sommes bien positionnés dans l’espace partenaires. Et cela se ressent positivement sur la fréquentation de notre stand. Nous visions initialement 200 personnes en trois jours, nous avons déjà eu 150 visites en un jour et demi », se félicitait la responsable commerciale d’une start-up de la legaltech à la mi-temps du congrès. L’occasion, pour les exposants, de réaliser auprès des experts-comptables un “test marché” précieux. « C’est l’endroit idéal pour prendre le pouls de la profession et découvrir la réaction du secteur face à notre offre de service », expliquait ainsi la coordinatrice marketing d’une entreprise spécialisée dans la dématérialisation.

Parcourir l'historique du SIC :

Toutes les parutions

MAI 2019

SIC N° 384

  • Les chiffres-clés de la filière comptable
  • Lutte contre le blanchiment : la France évaluée en 2020 par le Gafi
  • Administration provisoire de l'expert-comptable

Consulter

AVRIL 2019

SIC N° 383

  • S'engager dans l'action au service de l'économie
  • Un congrès pour plonger au cœur des flux
  • Site privé : mais où gérer les délégations de droits Comptexpert

Consulter

MARS 2019

SIC N° 382

  • Les principaux dispositifs de l'épargne salariale
  • 74e Congrès : l'expert-comptable au cœur des flux
  • L'expert-comptable, un conseil qui compte

Consulter

FEVRIER 2019

SIC N° 381

  • Le site privé de l'Ordre fait sa révolution
  • Tour d'horizon des principales mesures de la loi de finances
  • LFSS pour 2019 et loi portant mesures d'urgence économiques et sociales

Consulter