Décembre 2018

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

AddToAny
Share

Vie politique : une reconversion réussie

Il y a une vie après la politique. Renaud Dutreil a été secrétaire d'État aux PME, au Commerce, à l'Artisanat, aux Professions libérales et à la Consommation, puis ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l'État de 2002 à 2005 et ministre des PME, du Commerce, de l'Artisanat et des Professions libérales de 2005 à 2007. Il s'est ensuite reconverti dans les affaires. Il a partagé son expérience de fin de mandat électif lors du 73e Congrès. 

L’année précédente, suite au renouvellement du visage de l’assemblée nationale lors des dernières élections législatives, l’association avait souhaité faire témoigner quelques-uns des nouveaux parlementaires issus du monde de l’entreprise sur la valeur ajoutée que constituait leur parcours de chef d’entreprise pour l’exercice de leur fonction de parlementaire.

 

Cette année, Jean-Pierre Alix, président de l’association ECMP, et Charles-René Tandé, président du Conseil supérieur, ont souhaité pour la convention annuelle aborder la thématique de la fin du mandat électif.

Choisir de mettre fin à sa carrière politique ou gérer la défaite peut s'avérer difficile pour les titulaires d’un mandat électif qui ont délaissé leur profession pour la politique. La reconversion d'un élu peut être compliquée, notamment si celui-ci est issu de la société civile. Se pose alors la question de savoir si une seconde vie professionnelle est possible après avoir quitté les ors des palais de la République. Et comment valoriser, dans le privé, cette vie d'élu de la République  ?

 

Ainsi, le jeudi 11 octobre à Clermont‑Ferrand, dans le cadre du 73e Congrès, Jean-Pierre Alix et Charles-René Tandé se sont félicités d’accueillir, pour témoigner de la mutation réussie d’un homme politique en chef d’entreprise, Renaud Dutreil, ancien ministre et désormais Head of Mirabaud Private Equity dans le groupe Mirabaud.

Après les avoir remerciés pour leur chaleureuse invitation, Renaud Dutreil a rappelé qu’il avait mené une carrière politique de 1993 jusqu’en 2008. À cette date, il a ressenti une grande lassitude vis-à-vis de la politique en général. C’est ainsi que, à l’approche de la cinquantaine, il a décidé de ne pas devenir un politicien de carrière.

 

Ayant repris une PME en difficulté, il estime qu’il a appris et enfin compris ce qu’être un chef d’entreprise signifiait  : gérer la trésorerie, les clients gagnés et perdus, les ressources humaines.

Son expérience chez LVMH aux Etats-Unis l’a ensuite conforté dans la conviction que la France compte de nombreux entrepreneurs de qualité. Pour réussir dans le monde d’aujourd’hui, ils doivent selon lui allier un mélange de rigueur, de discipline et de fantaisie (la capacité à passer du modèle du moment à un nouveau modèle en surprenant). Pour lui, les Français ont cette capacité d’allier la créativité à la solidité dans l’exécution et à la rigueur.

 

Pour Renaud Dutreil, toutes les PME ne survivent qu’au regard de l’émotion qu’elles produisent par rapport aux fabricants à bas coûts. À ce propos, il dit sa fascination pour le savoir-faire manufacturier français, pour les techniques héritées du passé capables de réussir dans l’avenir.

Il conclut ses propos en soulignant que son rêve était de créer un fonds d’investissement dédié au soutien de ces entreprises. Aujourd’hui, son métier consiste essentiellement à accompagner des PME pour qu’elles deviennent plus globales, plus grandes, plus rentables, mieux structurées et capables de porter l’art de vivre français sur les marchés internationaux. Cette activité passionnante lui permet de découvrir et de soutenir de très belles entreprises françaises.

À l’issue des différents échanges avec la salle, Jean-Pierre Alix a clos les débats en remarquant que la mutation de l’homme politique en chef d’entreprise semble complète et assumée pour Renaud Dutreil.

Parcourir l'historique du SIC :

Toutes les parutions

MAI 2019

SIC N° 384

  • Les chiffres-clés de la filière comptable
  • Lutte contre le blanchiment : la France évaluée en 2020 par le Gafi
  • Administration provisoire de l'expert-comptable

Consulter

AVRIL 2019

SIC N° 383

  • S'engager dans l'action au service de l'économie
  • Un congrès pour plonger au cœur des flux
  • Site privé : mais où gérer les délégations de droits Comptexpert

Consulter

MARS 2019

SIC N° 382

  • Les principaux dispositifs de l'épargne salariale
  • 74e Congrès : l'expert-comptable au cœur des flux
  • L'expert-comptable, un conseil qui compte

Consulter

FEVRIER 2019

SIC N° 381

  • Le site privé de l'Ordre fait sa révolution
  • Tour d'horizon des principales mesures de la loi de finances
  • LFSS pour 2019 et loi portant mesures d'urgence économiques et sociales

Consulter