Mai 2016

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

AddToAny
Share

Paris Ile-de-France

Vous les femmes, vous les hommes… : la mixité, facteur de succès

Mardi 8 mars, Journée internationale de la Femme, l’Ordre des experts-comptables de Paris Ile-de-France a choisi de mettre la mixité à l’honneur. Réunies au Petit Palais de Paris, plus de 110 personnes – femmes et hommes - ont répondu présents.

 

Sur scène, Nathalie Bitbol-Saba, auteure d’une enquête sur les conflits de rôles au sein de la profession d’auditrice légale ; Marie Cheval, DG de Boursorama Banque ; Patrick Werner, fondateur de la Banque Postale, et Christine Roqueplo, Déléguée Générale de Paris Pionnières, incubateur qui accompagne les femmes dans la création et le développement d’entreprises innovantes.

Dès l’ouverture de la conférence, Sabrina Cohen, présidente de la commission Femmes, donne le ton : « l’objectif de cette soirée est de prouver que la place des femmes au travail ne se conçoit pas en opposition avec celle des hommes mais en complémentarité. La mixité est essentielle pour renforcer notre image et l’attractivité de la profession. Or, dans notre métier, trois experts-comptables sur quatre sont des hommes... »

 

La mixité, vecteur de réussite pour les entreprises

C’est l’engagement qu’a choisi Christine Roqueplo à travers Paris Pionnières pour qui « avoir au moins une femme dans l’équipe dirigeante est devenue une obligation ». Loin d’elle l’idée d’une société matriarcale, mais Christine Roqueplo croit farouchement en la valeur prouvée de la mixité : « Un fonds d’investissements américain a lancé le « Tenure Project » : sur toutes les startups dans lesquelles le fonds a investi pendant 10 ans, on ne retrouve dans le top 5 que des startups comprenant une femme dirigeante. Cela signifie qu’il y a toujours une performance économique supérieure à la moyenne grâce à la mixité ».

En France, seules 9 % des startups comptent au moins une femme dirigeante.

Mais une nouvelle tendance, visible, « commence quand même à émerger aujourd’hui : il y a certaines jeunes femmes qui sont arrivées à des postes importants et qui ont créé des entreprises à grande notoriété. Cela signifie que la mécanique est lancée » s’enthousiasme Christine Roqueplo.

 

Un exemple ?

Marie Cheval, diplômée de l’ENA et de Sciences-Po ; après un passage à l’Inspection des finances, à la Banque Postale puis à la Société Générale, Marie Cheval est aujourd’hui DG de Boursorama Banque. Pour elle, le manque de mixité dans les équipes dirigeantes est un fait culturel mais il n’est pas immuable « Pourquoi les femmes n’arrivent pas aux postes de direction ? Parce qu’il faut que les dirigeants, qui sont le plus souvent des hommes, fassent confiance aux femmes, et leur laissent un peu plus de place ».

Faire confiance aux femmes, promouvoir leur ascension, constituent la « marque de fabrique » de Patrick Werner, fondateur de la Banque Postale, et véritable mentor de Marie Cheval.

Il rappelle que pour lui, la mixité a toujours été un critère de réussite « A la Banque Postale j’avais édicté une règle très simple : à qualités égales pour un poste donné, lorsque j’avais le choix entre promouvoir un homme ou une femme, je choisissais de promouvoir une femme ». Il partage ainsi l’analyse de Christine Roqueplo : « les tendances changent et c’est une bonne chose pour l’entreprise ; et d’ailleurs, je pense que les femmes d’âge intermédiaire ont beaucoup plus d’opportunités que les hommes du même âge aujourd’hui, parce qu’elles sont moins nombreuses et qu’on en cherche. On a découvert les vertus de la mixité ».

 

Le syndrome d’incompétence, un frein à la promotion des femmes en entreprise

La complémentarité serait de plus en plus recherchée dans les entreprises ? C’est une bonne nouvelle.

Pour autant, l’étude de Nathalie Bitbol-Saba, docteur en sciences de gestion et enseignant chercheur à Paris School of Business, souligne que la perspective d’une femme occupant un poste à fortes responsabilités se heurte parfois à des conceptions et à des perceptions de rôles susceptibles de l’entraver. Ses travaux mettent en lumière la difficulté que peuvent avoir les femmes à concilier tous les “rôles” qui leur sont attribués. « Il y a de nombreux rôles qui émergent des relations en entreprise. Ils sont variés et certains n’ont rien à voir avec la sphère professionnelle. Le rôle de mère, par exemple, s’immisce souvent dans cette relation. Il peut également y avoir un rôle avec le client qui se développe sur d’autres terrains que celui du strictement professionnel ». Plusqu’un rapport de séduction, on parle dans certains cas d’une objectivation de la femme qui peut conduire, parfois, jusqu’à la rupture de mandat. « A travers les discours que j’ai pu avoir avec les professionnelles, c’est encore un sujet qui relève du tabou mais qui pose régulièrement problème aux femmes dans la relation avec leur client » observe Nathalie Bitbol-Saba.

 

Alors que faire ? Que ce soit en cabinet ou en entreprise, le constat est sans appel : les premières à convaincre du potentiel des femmes à des postes de direction en entreprise sont les femmes elles-mêmes. 

Pour notre business woman Marie Cheval, le manque de rôles modèles est l’un des principaux freins à la promotion des femmes. « Quand on est jeune et qu’on veut réussir, je pense que le sujet des rôles modèles est important, et que malheureusement, nous en manquons. Quand vous cherchez des modèles de femmes dirigeantes, il y a Margaret Thatcher et Angela Merkel ou encore Hillary Clinton… Il y en a peu ». Ce manque de modèles auxquels se rattacher empêcherait les femmes de se mettre mieux en avant en entreprise. Or, de l’avis de Marie Cheval, il faut que les femmes prennent conscience de ce syndrome d’incompétence : « C’est un trait que je peux parfois retrouver chez moi. C’est typique de la psychologie féminine : si vous proposez une promotion à une femme, elle va vous dire « je ne sais pas, en plus je ne sais pas bien parler anglais, suis-je vraiment compétente... » ; vous proposez la même chose à un homme, il ne se posera jamais la question ! ». L’occasion était trop belle… Patrick Werner s’est empressé de préciser « C’est moi qui ai engagé Marie et je peux vous dire qu’elle n’a jamais eu le syndrome d’incompétence ! (rires) »

 

Avoir confiance et s’affirmer, voilà les clés du succès défendues conjointement par tous nos invités et plus particulièrement par Nathalie Bitbol-Sabat « On associe beaucoup trop le leadership et l’entrepreneuriat à des représentations masculines alors qu’à travers les fondements du leadership, du management, on entrevoit des valeurs féminines qu’il faut mettre en évidence. »

C’est sur ces engagements, et avec un regard enthousiaste vers l’avenir, que Sabrina Cohen a conclu les échanges de la soirée « L’ambition de la commission n’est pas de se plaindre ou de se réunir entre femmes pour déplorer telle ou telle situation, mais bien au contraire de réaliser des actions concrètes, en stimulant l’entrepreneuriat féminin, en aidant les jeunes femmes qui s’installent au sein de notre profession à reprendre des cabinets, à leur (re)donner confiance, à les engager à devenir experts-comptables en qualité d’associées. »

Et le président de l’Ordre des experts-comptables Paris Ile-de-France, de clôturer cette table ronde par un bel hommage aux femmes, à travers la lecture d’un poème de Paul Eluard. 

 

Parcourir l'historique du SIC :

Toutes les parutions

Juillet-Août 2019

SIC N° 386

  • La palette de nos prestations s'élargit !
  • Mission d'audit contractuel d'états financiers en France
  • La seconde édition de la Conférence de Paris réussit son pari

Consulter

Juin 2019

SIC N° 385

  • La NPLAB, la nouvelle norme LAB du Conseil supérieur
  • 74e Congrès : demandez le programme
  • Aider les cabinets sur la stratégie numérique

Consulter

MAI 2019

SIC N° 384

  • Les chiffres-clés de la filière comptable
  • Lutte contre le blanchiment : la France évaluée en 2020 par le Gafi
  • Administration provisoire de l'expert-comptable

Consulter

AVRIL 2019

SIC N° 383

  • S'engager dans l'action au service de l'économie
  • Un congrès pour plonger au cœur des flux
  • Site privé : mais où gérer les délégations de droits Comptexpert

Consulter